[Background] Evoran

Aller en bas

[Background] Evoran

Message par Kataramen le Mer 19 Mai - 17:24









Dernière édition par Arcae le Dim 2 Jan - 13:43, édité 2 fois (Raison : [Evoran]Mise sur Parchemin)
avatar
Kataramen
No-life of Forum
No-life of Forum

Messages : 1165
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 23
Localisation : Sous ton lit.

Feuille de personnage
Cercle de puissance:
130/200  (130/200)
Classe jouée: Iop
Element: Air

Revenir en haut Aller en bas

La fin d'une héroïne ( ? )

Message par Spiks le Ven 15 Oct - 16:40

Lame. Sang. Mort. Un roublard de moins, dix de plus. Piégée dans cette forêt depuis déjà deux jours. Deux jours qu'elle se battait pour une stupide carte. Stupide? Cette carte aurait pu changer la donne dans leur guerre contre les bandits, renverser une invasion d'Astrub par ces faux-jetons, ces larves de roublards.
Les Roublards, ennemis mortels et ancestraux des mercenaires, leur nombre ne cessait d'augmenter, et malgré les efforts des descendants de Brutas, joints à ceux des ailes de bois, leurs visées sur la ville des néophytes était arrivée à son paroxysme.
Bien fière de sa trouvaille, elle avait fait la maligne avec cinquante de ces idiots au langage bwork derrière elle, en leur jetant un « Vous voilà bien bernés, dans de larves », et s'était vite retrouvée encerclée dans la forêt des abraknydes...
C'était maintenant aux serviteurs de Vil Smith de faire les malins, à grands coups de « Tkt ptite fdp, on taura, é tu va an prendr plin la geul! ». La phrase, ressortie à toutes les sauces, la condamnait à grincer des dents, du fait de son orthographe de prime, puis du fait qu'inéluctablement, ces quelques mots prendrait une toute autre réalité...
Les cinquante roublards étaient vite devenus centaine avec l'arrivée de nouveaux renforts, et pour elle, impossible de traverser les mailles du filet et d'en sortir vivante. Mais que faisait ses confrères? Ses amis, ses maitres, ses élèves! Son absence devait les inquiéter! Et pourtant, pas l'ombre d'une aile de bois, pas le son d'un cor, pas une dragodinde à l'horizon...
Une flèche se planta devant son nez, la ramenant à la réalité. Superzut! Repérée, encore une fois. Sortir du buisson. Courir. Trouver une autre cachette. Voilà qui fût fait en à peine cinq minutes, les plus longues de sa vie. Elle était maintenant en sécurité relative, mais pour combien de temps.
Son esprit se tourna vers Osamai'nerveh, Spiks, Swan-dragon et tous les autres. Fiente de Bwork! Mais que faisaient-ils? Deux jours et deux nuits à patienter sans manger, avec le seul contenu de sa gourde, maintenant vide, pour se désaltérer. Ils devaient forcement la chercher, mais où...

Le troisième jour fût le jour de trop, celui qui fit craquer son esprit fatigué. A quoi bon courir, à quoi bon se battre, à quoi bon. On vit, on meurt, c'est dans l'ordre des choses. Oui mais la carte...Tant pis, ils trouveraient un autre moyen, qu'ils aillent danser chez Rushu. Il ne lui restait plus qu'à livrer sa dernière bataille, faire tomber le maximum de ces fils de Trooll, les piétiner et maudire leurs ancêtres avant de rendre l'âme.
Ce fût donc la tête haute, mais résignée à mourir qu'elle se rendit vers le campement des Roublards, veillant à se faire la plus discrète possible. Invoquer un craqueleur, un bwork et les appuyer, puis prendre leur suite, voilà ce qu'il fallait faire.
Elle fût arrêtée avant d'arriver à destination, son destin l'attendait, une patrouille de dix hommes en noir. Invoquer puis combattre, ce fût ce qu'elle fit. Couper. Trancher. Massacrer. Terrasser. Jamais elle ne s'était sentie aussi vivante, et jamais elle n'avait été dans une pire situation. Son craqueleur avait fini démoli sous les coups des roublards, et son bwork avait succombé aux flèches des archers. Heureusement pour elle, ils étaient inutiles dans la mêlée.
Puis ce fût le noir. Elle s'éveilla, ne sachant pas si elle s'était assoupie cinq secondes ou cinq années. Tout autour d'elle n'était que cadavres, désolation et méli-mélo de jambes et de bras. Il en restait une vingtaine qui s'approchaient prudemment d'elle. Les toisant avec haine, elle se résolu pourtant à mourir, allongée contre son arbre. Pourtant ils n'en avaient pas fini avec elle. Pendant deux minutes, ce ne fût que coups de pied et folie qui se déversait sur elle, cris inarticulés de haine et de vengeance. Puis une flèche, un roublard s'écroule. Deux, trois, une pluie s'abat maintenant sur la clairière.
Dix minutes plus tard, la voici étendue sur une civière au centre de la clairière, ses compagnons autour d'elle.
« Si vous mourrez, je vous traine au tribunal, le préviens Osamai'nerveh,
-Vu vos têtes, réplique-t-elle, ça risque d'être dur,
-Evo, tu t'est visiblement bien amusée, mais on va devoir te transporter, et ça risque de ne pas être de tout repos, l'avertis Spiks, son ancien apprenti,
-Nan, nan, pas besoin les gars, *kof*, ça fait déjà deux ans que je sert cette dimension et les dieux, il est temps que je prenne des vacances. Spiks, tu veilleras sur Swan, elle est incapable de faire quoi que ce soit sans s'attirer des ennuis,
-C'est aussi ton cas visiblement, lui rétorque-t-elle,
-Et toi Swan, t'as intérêt à être sage, sinon je redescend appliquer un coup de pied mémorable sur ton postérieur. Vous pouvez me laisser deux secondes avec Spiks. »
Les groupe se disperse, sauf le jeune Sram qui reste à ses côtés.
« Evo...
-Tait toi et écoute moi bien. Ma mission ici est inachevée. Déjà, voici ce pourquoi je laisse ma vie. Ensuite, je vais t'expliquer les termes de ma mission dans ce monde. Mon rôle ici est de préserver l'Amaknéen, de divertir les foules, et de combattre la roublardise. Aujourd'hui, je te lègue ce lourd fardeau. Sache t'en montrer digne, sinon je te botte la même partie que Swan. Guide les jeunes, et démarque toi des idiots. Fait la peau à ces crétins de roublards, et respècte les règles du mercenariat.
-C'est d'accord evo, mais c'est à toi de faire ça, et tu va rester avec nous pour tenir tes promesses. Sinon c'est moi qui vais te chercher et t'appliquer un coup de pied là ou je pense.
-C'est bien petit, tu réussiras dans la vie toi. Allez laisse moi tranquille maintenant.
-Chut Evo, tu perd ton sang, si tu parle sa va s'aggraver. Swan ! Osamai ! venez m'aider !
-Où l'emmène-t-on maintenant ? Elle pourra pas tenir un voyage jusqu'à Bonta...
-J'ai un ami eniripsa, il s'appelle Eniheart ; il est très bon médecin. On lui apporte Evoran au plus vite. Il habite près du village brigantin.»
Osamai'nerveh et Spiks saisir le brancard, pendant que Swan-Dragon ouvrai la marche, au coté de son bwork mage qui grognait : les roublards pourraient revenir.
Spiks sortit un tofu endormi de sa poche, le réveilla, lui attacha un message à la pate, et le jeta en l'air. Le tofu fila en direction du village brigantin.
«-Il va prévenir Eniheart » expliqua Spiks, inutilement; ils avaient compris.
Lorsqu'enfin ils arrivèrent, Evoran délirait. Elle parlait d'une carte, de pièges, de dangers, et elle semblait avoir peur.
Eniheart ouvrit la porte ; il avait préparé sa table d'opération, et ses potions étaient à porté de main.
«-Entrez vite, je vais faire ce que je peux.»
Une heure durant, l'eniripsa marmonna des sortilèges, remua des potions, appliqua des onguents.
Une heure durant, Evoran délira.
Une heure durant, Swan-Dragon, Osamai'nerveh et Spiks restèrent prostrés, priant les dieux quels qu'ils soient de sauver leur amie.
Eniheart ouvrit la porte :
«-Désolé...
Ils se ruèrent à l'intérieur.
Evoran était allongée sur un matelas ; son visage était détendu, et elle souriait, d'un petit sourire ironique qu'elle faisait si bien.
Swan-Dragon tomba sur le sol à genoux et se mit à pleurer.
Osamai'nerveh ne réagit pas tout de suite, il regardait Evoran comme si il espérait qu'elle se relève en riant ; puis il serra les poings; empêchant ses larmes de couler.
Spiks ne pouvait pas pleurer, les srams ne peuvent pas pleurer. Mais il sentit en lui que s'il avait pu, la pièce serait inondée.
Soudain, il releva la tête :
«-Noooon ! cria-t-il. Il se jeta sur Eniheart et se mit à le secouer
-Pourquoi tu l'as pas sauvée ? Pourquoi ? T'es un eniripsa oui ou non ? Fais ton boulot...»
Sa voix se cassa, il tomba à genoux sur le sol lui aussi.
Des larmes coulaient des yeux d'Osamai'nerveh à présent.
Le temps passa. Combien de temps ? Nul n'aurai pus le dire.
Spiks leva les yeux vers Evoran et lui dit :
«-T'inquiète pas, je te promet qu'on trouvera un moyen de te faire revenir, peut importe combien de temps sa prendra, que tu le veuille ou non ! »
______________________

By Evoran & Spiks
avatar
Spiks
No-life of Forum
No-life of Forum

Messages : 1050
Date d'inscription : 21/06/2010
Age : 22
Localisation : Monde des 12

Feuille de personnage
Cercle de puissance:
147/200  (147/200)
Classe jouée: Sram
Element: Terre

http://ombres.forum-pro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum